Lionel TRAN

Si les bateaux cassés, déchirés, rouillés aux échelles distordues renvoient en écho au souvenir lointain du capitaine, et si tout au bout du voyage, il n'en restait qu'une forme sculpturale portant les stigmates de la vie ? Des lettres dans la pierre, une distance entre deux dates, la ruine de tout au bout des temps... et si au contraire, on revenait à la case des départs ? Celle des petites embarcations, des voiliers , des paquebots en route pour le Grand Large ?

Comments are closed.